Vous êtes ici : Accueil / Mises à Jour / Réunion mondiale de la FITD sur les soins, le 25 octobre
Réunion mondiale de la FITD sur les soins, le 25 octobre

Réunion mondiale de la FITD sur les soins, le 25 octobre

Comments
Par IDWFED Dernière modification 31/10/2020 14:33
Environ 150 leaders et membres de nos affiliés d'au moins 47 pays ont participé à un atelier zoom sur le travail des soins.

Details

Mondiale -

Environ 150 leaders et membres de nos affiliés d'au moins 47 pays ont participé à un atelier zoom sur le travail des soins.

“Nous prodiguons des soins aux autres,

mais qui prodiguera des soins à nos parents âgés?”


La présidente de la FITD, Myrtle Witbooi, a exprimé cette préoccupation faisant écho à la problématique héréditaire du secteur:

les travailleur.se.s domestiques soulèvent la majeure partie du travail de soins non reconnu et couvrent les lacunes où les soins institutionnels tels que les hôpitaux et les écoles font défaut ou échouent, les besoins de soins de nos employés sont donc pris en charge, mais qui s'occupera des nôtres?

Aperçu du travail syndical sur le travail de soins dans la FITD

Nos conférenciers nous ont emmenés dans un voyage à travers différentes régions pour avoir un aperçu de la façon dont les travailleur.se.s domestiques et les travailleur.se.s des soins s'organisent et comment ils/elles perçoivent leur contribution à l'économie des soins.

Dans ces différents contextes, une chose est claire:

les travailleur.se.s domestiques font partie de l'économie des soins, que leur travail soit formalisé et reconnu ou non.

Quelle que soit la catégorie de travail qu'elles effectuent, elles finissent par contribuer de manière significative au travail de soins, précisément en raison de la nature de l'emploi privé, et que les ménages ne peuvent pas être soutenus sans soins.


Carmen Britez, vice-présidente
et 
secrétaire générale de l'UPACP, Argentine :

L'UPACP représente 85 000 membres. L’union a lancé la campagne de  communication sous titre de #CareForthoseWhoCareForYou avec le gouvernement car après 2017, en collaboration avec la FITD et UNI Global, elle voulait utiliser les apprentissages au niveau international pour intégrer le travail de soins dans leur lutte en Argentine, ainsi que leur travail sur la Convention de l'OIT C189. Grâce à la convention, elle a pu obtenir la loi 26.844 le13 avril 2013, qui comprend les forfaits de retraite, les jours de vacances, les jours de congé et les salaires minimals. Bien qu'il y ait cinq catégories de travailleuses que le syndicat représente, il les considère toutes comme des travailleuses de soins.

Ils articulent leurs besoins collectivement pour pouvoir avoir un pouvoir plus élevé en matière de négociation. Ils utilisent des négociations tripartites entre le syndicat, les employeurs et le gouvernement pour obtenir de meilleurs salaires pour les travailleurs domestiques.


Doug Moore, membre du comité exécutif et directeur exécutif,
Travailleur.se.s Domestiques Unis de l’Amerique :

Les membres sont des travailleur.se.s à domicile qui fournissent des services de garde d'enfants soutenus par les services de soutien à domicile (IHSS), ce qui a été une victoire du mouvement des personnes handicapées. Tout comme les peuples autochtones ont été colonisés et cachés, il en est de même pour les personnes âgées et handicapées qui deviennent invisibles. Ils ont du mal à trouver des soins et l'IHSS leur permet de vivre la vie qu'ils veulent. Au moins 140 000 Californiens sont pris en charge dans le cadre du programme IHSS, qui permet une approche des soins centrée sur la personne. Les travailleur.se.s qui leur fournissent des soins ne sont ni du secteur public ni du secteur privé. Au contraire, leur relation d'emploi est directement avec le client, ce qui en fait des cibles faciles de discrimination économique. Ils se retrouvent avec peu de choses après avoir acheté de la nourriture et des fournitures, car leur salaire réel équivaut à la moitié du salaire minimum. Cela signifie que les agents de soins à domicile et les prestataires de services de garde d'enfants engagés dans le IHSS ont beaucoup en commun avec le mouvement mondial des travailleur.se.s domestiques: ce sont principalement des femmes et des personnes de couleur qui travaillent à domicile, sont isolées sans accès à la justice, et se battent pour les heures supplémentaires et les indemnités de maladie. Elles luttent contre des conditions injustes en essayant de subvenir aux besoins de leurs familles. Une autre chose particulièrement importante que possèdent les travailleuses des soins et les travailleuses domestiques, selon les mots de Doug Moore, est

“l'humilité: la grâce requise pour prendre soin d'un être cher est une superpuissance que possèdent les travailleuses des soins.”

 

Grace Papa, membre du comité exécutif,
responsable du syndicat des services ACVCSC, Belgique:

Il y a des travailleuses domestiques documentées et sans papiers qui fournissent des soins en Belgique. Celles qui ont une reconnaissance formelle de leur travail sont capables de mieux s'organiser et de négocier, et elles sont divisées en trois catégories:


i) Les TD des services de nettoyage subventionnés par le gouvernement, pour être abordables et accessibles aux familles, grâce à un système de bons. Les travailleuses sont sous contrat avec une entreprise qui fournit leurs services aux clients et prend en charge le paiement de leurs salaires selon une échelle de salaire de 11,65 € / heure de travail, avec un maximum de 38 heures de travail par semaine. Dans l'ensemble, les frais de déplacement et les coûts associés des travailleuses sont payés par l'employeur.

ii) TD dans les services de nettoyage dans le «secteur des soins à domicile» ou «Poetshulpen» dont le client est une personne ou une famille qui a besoin de soins et d'attention médicaux. Ces travailleuses domestiques sont également formées pour répondre aux besoins médicaux de leurs clients et travaillent en équipe avec d'autres personnes qui le font, comme les médecins, les infirmières et l'aide aux soins, pour fournir des soins complets au patient à domicile. Ces travailleuses ont une augmentation de salaire chaque année. Il varie entre 11 € / heure et 15,50 € / heure selon leur niveau d'ancienneté et de formation. Elles doivent également travailler un maximum de 38h / semaine. Les travailleuses ont une représentation syndiquée et peuvent négocier de meilleures conditions de travail pour elles-mêmes et leurs collègues. Elles participent aux régimes de sécurité sociale et en bénéficient comme tout autre travailleur en Belgique.

iii) Les soignants internes qui sont spécifiquement recrutés pour les services de maternité, la garde d'enfants, le soutien à l'éducation des enfants ou les soins personnels tels que l'aide aux employeurs pour prendre une douche, manger, boire, utiliser la salle de bain, prendre des médicaments, faire de l'exercice, etc. soutenir les tâches administratives, telles que le budget familial. Certains de ces travailleurs sont également recrutés spécifiquement pour soutenir pendant les moments émotionnels difficiles de deuil, de perte ou de dépression. Si elles s'occupent des soins de nuit, ces travailleuses reçoivent une prime.

Toutes les travailleuses dans les 3 catégories font partie d'une commission fédérale mixte composée de représentants des employeurs et des travailleuses. Ensemble, ils négocient les conventions collectives de travail qui s'appliquent à tous les travailleurs des secteurs. Étant donné que les syndicats jouent un rôle important au niveau sectoriel, nous devons renforcer ces mécanismes afin que les travailleurs domestiques et de soins qui sont informels ou sans papiers puissent accéder à la protection gouvernementale et aux dispositions sociales.

 

Lieux d'organisation et de plaidoyer
sur le travail de soins dans les régions


Afrique


Les affiliés de la FITD de la région Afrique ont confirmé qu'ils occupent les postes d'infirmières, d'enseignants, de gestionnaires et de comptables au sein des ménages, mais restent sans protection, vulnérables à la violence sexiste et aux retenues de paiement. Pour investir dans les besoins de soins des travailleur.se.s domestiques, elles demandent une couverture sanitaire universelle, une assurance volontaire et une protection sociale. Dans les régions francophones d'Afrique, nos affiliés ont signalé que certaines de ces dispositions sont disponibles pour les travailleurs de soins, mais ne sont pas mises en œuvre. Une autre lutte est la méconnaissance du travail qu'ils accomplissent qui est le plus directement associé aux soins, comme s'occuper des enfants malades.

Moyen-Orient et Afrique du Nord

Dans la region Moyen-Orient et Afrique du Nord, les affiliés partagent que la plupart des gouvernements ne font pas de distinction entre les travailleur.se.s domestiques et ceux des soins. Une stratégie à long terme que les affiliés adoptent est une stratégie de spécialisation et de professionnalisation: cela permettrait aux travailleur.se.s domestiques de s'engager exclusivement dans le cadre de la description de poste et d'être qualifiés pour les tâches pour lesquelles ils sont correctement rémunérés. Cependant, un problème demeure que les soignants professionnels qui migrent vers les pays du Golfe sont employés “en dessous” de leurs capacités ou de leur expertise et reçoivent des salaires maigres qui ne couvrent pas les services spécialisés qu'ils fournissent. Étant donné que la démographie actuelle des travailleuses domestiques migrantes dans la region fonctionne dans tous les emplois, ils doivent être reconnus avant la spécialisation.

Asie

Les principales priorités du plaidoyer:

- Étant donné que de nombreux travailleur.se.s domestiques migrant.e.s sont des prestataires de soins, il est important de reconnaître les travailleur.se.s domestiques migrant.e.s en tant que travailleur.se.s, de leur offrir une protection juridique en les incluant dans la politique et les lois du travail.

- «Les travailleur.se.s domestiques ont également besoin de soins», car nous sommes les plus touchés par la pandémie de Covid-19 sans avoir de filet de sécurité. Les lois sur les travailleurs domestiques et les lois protégeant la sécurité sociale et les pensions sont le moyen de nous soigner. 

- L'Asie a besoin d'une campagne plus large et plus populaire sur les travaux de soins et de soins pour sensibiliser les travailleurs domestiques aux travailleurs de soins.

Amérique latine

En Amérique latine, les TD font tout le travail: nettoyage, cuisine, jardinage, soins pour animaux de compagnie, garde d'enfants, personnes malades ou handicapées et personnes âgées. Cependant, il n'y a pas beaucoup de clarté sur leur appartenance à l'économie des soins. Les stratégies de plaidoyer pour la reconnaissance de TD dans le cadre du secteur des soins comprennent:

- Reconnaître la TD comme faisant partie de l'économie des soins.

- Pour les compenser par des salaires adéquats: les personnes qui travaillent comme infirmières et les infirmières n'ont pas un salaire égal. Elles doivent être rémunérés. 

- Former des alliances avec des syndicats plus importants et d'autres acteurs clés pour gagner en visibilité et attirer l'attention des gouvernements

- Promouvoir la formalisation du secteur.

Pour Conclure:

Nos affiliés ont diverses demandes qui concernent leur nature d'aidants mais aussi de bénéficiaires de soins:

  • Reconnaissance des travailleurs domestiques comme travailleurs et comme travailleurs au sein de l'économie de soins.
  • Plaidoyer pour la protection sociale, l'égalité de rémunération et le salaire minimum.
  • Élimination de la violence sexiste contre les soignants.
  • Professionnalisation et spécialisation des travailleurs domestiques et des soignants
  • Mobilisation de masse et syndicalisation des travailleurs pour accroître le pouvoir de négociation des travailleurs domestiques et de soins formels et informels.

Écoutez leurs demandes

et

Source: Global Workshop on CARE for IDWF Affiliates 2020 Oct 25

Story Type: News

blog comments powered by Disqus