Vous êtes ici : Accueil / Mises à Jour / Asie : Des travailleuses domestiques migrantes indonésiens en Malaisie, à Singapour et à Hong Kong ont raconté leurs histoires sous l’impact du COVID-19
Asie : Des travailleuses domestiques migrantes indonésiens en Malaisie, à Singapour et à Hong Kong ont raconté leurs histoires sous l’impact du COVID-19

Asie : Des travailleuses domestiques migrantes indonésiens en Malaisie, à Singapour et à Hong Kong ont raconté leurs histoires sous l’impact du COVID-19

Comments
Par IDWFED Dernière modification 30/08/2020 00:00
La protection des travailleurs migrants indonésiens ne s'améliorera que lorsque le gouvernement prendra des mesures sérieuses pour appliquer la nouvelle loi.

Details

Asie -

Le 30 août 2020, l'Association indonésienne des travailleurs domestiques migrants, Malaisie (PERTIMIG) a organisé une émission-débat sur les travailleurs domestiques migrants via zoom à laquelle 50 travailleuses domestiques indonésiennes de l'Indonésie, Singapour et Hong Kong ont participé. Les objectifs de la réunion étaient de rappeler et de pousser le gouvernement indonésien à mettre en œuvre la loi 18/17 sur la protection des travailleurs migrants indonésiens et de présenter le règlement (aturan turunan) le plus tôt possible. La loi et la réglementation peuvent aider à soulager les travailleuses domestiques de la surfacturation, de la falsification de documents, des frais d'agence, des frais de formation, de la servitude pour dettes lors d'un processus de recrutement dans le pays d'origine et d'autres pratiques nocives. La nouvelle loi implique l'agence de placement pour les travailleuses domestiques dans le processus de recrutement et renforce le rôle du gouvernement aux niveaux local et national pour garantir la protection des travailleurs migrants.

Binti Rosidah, dirigeante de PERTIMIG, a déclaré que les travailleuses domestiques migrantes en Malaisie courent un risque élevé parce que la loi sur l'emploi de 1955 n'assure pas la protection des travailleuses domestiques parce qu'elles ne sont pas reconnues comme « travailleurs ».

Le protocole d'accord sur la protection des travailleuses domestiques migrantes entre l'Indonésie et la Malaisie a expiré en 2016. Entre-temps, nous étions également en train de lutter contre le COVID-19. Nous avons lancé un engagement avec les syndicats locaux et les ONG pour plaider en faveur de la réforme du droit du travail en Malaisie. Elle a souligné que « nous avons besoin de reconnaissance, nous avons besoin du projet de loi sur les travailleurs domestiques et la ratification de la C189 sera essentielle pour nous et pour notre avenir ».

Novia Arluma, de Suara Kita Singapore, a déclaré :

« Nous sommes confrontées aux mêmes problèmes qu’en Malaisie à Singapour, nous recevons régulièrement des appels et des plaintes de travailleuses domestiques qui font face à des abus, des surfacturations, des retenues sur salaire et d'autres formes de violence. Il n'y a actuellement aucun protocol d’accord ou accord bilatéral entre Singapour et l'Indonésie. Ces problèmes ne prendront pas fin si les lois et réglementations de notre pays ne s’améliorent pas. »

Nur Halimah, coordinatrice du DPLN SBMI Hong Kong, a déclaré :

« Hong Kong est confrontée à moins de défis juridiques que d'autres pays d'Asie parce que les travailleuses domestiques sont autorisées à créer et à adhérer à des syndicats et sont protégées par la loi. Cela ne signifie pas que nous sommes à l'abri des abus, de la violence et d'autres violations au sein du travail. Notre organisation reçoit des plaintes principalement sur le sujet des pratiques de surfacturation. Elle a noté aussi que « la protection des pays de destination ne suffit pas, le pays d'origine doit avoir une politique claire et offrir une sécurité juridique aux travailleuses domestiques migrantes. »

Savitri Wisnuwardhani, coordinatrice du Réseau des travailleurs migrants (JBM) à Jakarta, a déclaré que

« la protection des travailleurs migrants indonésiens ne s'améliorera que lorsque le gouvernement prendra des mesures sérieuses pour appliquer la nouvelle loi. Elle a expliqué qu'il semble y avoir des problèmes de manque de coordination entre les niveaux local et national au sein des agences gouvernementales. Elle a appelé tous les syndicats et communautés de travailleuses migrantes à travailler en étroite collaboration pour plaider en faveur des travailleuses migrantes pour que leurs problèmes soient pris au sérieux par le gouvernement. »

PERTIMIG a organisé un concours de lecture de poésie parmi les travailleuses domestiques immigrées indonésiennes en Malaisie où chacune d'elles a écrit son poème et exprimé ses sentiments et ses espoirs. Cela fait partie d'une initiative visant à soulager le stress pendant la pandémie du COVID-19. Cet événement a été soutenu par la Fédération internationale des travailleuses domestiques (FITD), Jaringan Buruh Migran (JBM), SBMI DPL Hong Kong et Suara KITA Singapore.


Source:

Story Type: News

blog comments powered by Disqus