Vous êtes ici : Accueil / COVID-19 / A-Les travailleuses domestiques / Nos histoires / Les travailleuses domestiques de Madagacascar prennent la parole ! "La vie ne sera plus jamais la même".

Les travailleuses domestiques de Madagacascar prennent la parole ! "La vie ne sera plus jamais la même".

Par IDWFED Dernière modification 19/10/2020 00:00


Les travailleuses domestiques de Madagacascar prennent la parole ! "La vie ne sera plus jamais la même".


Rasoamanarivo Jocelyne:


Je m'appelle Rasoamanarivo Jocelyne.

Mes employeurs sont au chômage depuis le confinement et me voilà aussi en chômage technique.

Je n'ai pas reçu des salaires depuis 6 mois.

J'ai 4 enfants en charge, on a vendu notre télé, radio et des objets un peu valeureux pour pouvoir manger et payer le loyer.

Ma famille ne mange qu'une ou deux fois/ jour, on est en 5eme 15 jours (2 mois et demi) de confinement à Madagascar et ce n'est pas facile de chercher du travail à cause de Coronavirus.

 

Rakotoarivelo Andry


Je m'appelle Rakotoarivelo Andry, suis membre de la syndicat SENAMAMA à Madagascar, suis père de famille et j'ai 3 enfants.

Je vais témoigner de la difficulté que j'ai vécu pendant cette période de coronavirus.

J'ai travaillé comme gardien pour un couple étranger qui vit a Tana pendant des années, nous étions 2 gars pour faire ce travail en rotation, lorsque le Virus est arrivé ici à Madagascar, tout le monde s'est inquiet et bouleverser, on a pensait que cela va affecter notre travail mais lorsque le virus s'est aggravé même nos patron ont décidé de partir vers leur pays natal avec l'avion que l'Etat Français a envoyé à Madagascar pour récupérer les Français.

Depuis ce moment-là ont s'est trouvé dans la misère car notre patron doit partir tout d’un coup et même ils n'ont pas pu régler notre salaire de mois de mars, en partant ils nous ont dit qu'ils vont nous envoyer nos salaires avec un peu d'aide monétaire qu'ils peuvent nous donner, là jusqu’à maintenant ils n'ont rien envoyé même un centime.

On ne sait pas comment alors qu'on devra paye des loyers, des factures de l'électricité ainsi le frais de scolarité des enfants et acheter à manger.

On ne peut plus trouver de travail maintenant car personne n’embauche et tout le monde est au chômage actuellement. C'est tellement dur de vivre avec cette pensée et on ne sait plus si nos patrons vont revenir ou pas.

 

Cynthia


Je m'appelle Cynthia. J’ai 49 ans, et je suis séparée avec 6 enfants don’t je me charge.

Je suis une travailleuse domestique de la région Haute Matsiatra. Mon travail est le blanchissage et repassage. À cause du COVID-19, j'ai perdu mon travail.

Je n'osais pas emprunter de l'argent parce qu'il n'y a pas de moyen pour le rembourser et on ne sait pas combien le confinement va durer.

Donc j'ai du vendre, petit à petit, les meubles pour survivre, pour que mes enfants mangent à leur faim.

C'est très dure la vie. On ne sait plus comment faire pour continuer à éduquer les enfants. Il n'y a pas de travail, il n'y a d'argent.

On doit manger pour vivre.

 

Brigitte


C'est Brigitte. J’ai 33 ans et j'ai 2 enfants et mon mari est handicapé.

Je suis travailleuse domestique dans la région Haute Matsiatra.

A cause du Coronavirus, mon employeuse m'a dit de ne pas venir pour une durée indéterminée.

C'est à dire le 20 Mars 2020 etait mon dernier salaire.

Nous ne pouvons plus payer le loyer, c'est difficile de trouver de quoi manger.

Tout le monde a le même cas. Personne ne peut prêter de l'argent ni la famille ni les voisins.

Ça fait des mois que ça a duré.

 

Aimee


Je m'appelle Aimee. J’ai 45 ans, et je suis séparée avec 2 enfants à la charge.

Je suis travailleuse domestique de la région Haute Matsiatra.

Je travaille de 6h du matin jusqu'à 19h pour un salaire mensuel de 17 dollars.

À cause du Coronavirus, j'ai perdu mon travail.

J'ai du demander de l'aide à ma famille pour survivre, pour payer le loyer.

La vie ne serait plus jamais comme avant. La vie a beaucoup changé.

On se demande comment faire pour l'éducation des enfants. Parce que même les employeurs sont en difficulté.

 

Fanjanirina

 

Je m'appelle Fanjanirina. J’ai 31 ans, mariée avec 3 enfants.

Je suis travailleuse domestique de la région Haute Matsiatra.

Mon travail est le blanchissage et repassage.

Mon employeuse ne veut plus de moi depuis le confinement. Sans revenu depuis des mois.

Nous étions obligés de demander de l'aide à notre famille mais tout le monde a le même cas.

Nous passons par un moment difficile. On compte sur le Bon Dieu.

C'est vraiment triste la vie ici.

On se demande comment faire pour l'avenir? Comment faire pour vivre?